ACCES DIRECT Site Officiel de Mísia



On écoute le Tage, les bateaux et les mouettes et une voix qui demande à Lisboa ce qu'elle fait là, les yeux fixés sur le Tage, comme s'ils étaient des amarres pour attacher les navires. Les bateaux partent et ne reviennent plus, ils pleurent des larmes de pierre à chaque coin du quai. Ce fado nous parle de la relation de Lisboa avec le Tage et le départ.
"Mísia dessine des larmes dans toutes les langues."


P. 1/7